Autrans 2011 : Internet, source d'innovations pour les territoires

De Intercoop.



Sommaire

AUTRANS 2011 : la rencontre des acteurs de l'internet les 12, 13 et 14 janvier 2011

INTERNET, source d'innovations publiques pour les territoires, innover et construire en réseau


Comme chaque année cette thématique sera traitée sous les aspects développement économique et touristique, aménagement, lien social et implication des habitants, développement de services aux citoyens, présence des services publics dans les interfaces mobiles.

Et pour un peu de prospective : Réfléchissons à l'émergence du Web de la "Mobiquité" (Mobilité / Ubiquité)

Les réactions et contributions suite à l'édition 2011 des rencontres

Cet espace est à disposition pour y déposer réactions et contributions

Thierry GAUDIN donne ses impressions sur les rencontres d'Autrans 2011

Que s'est-il dit lors des Rencontres d'Autrans, qui se sont déroulées les 12, 13, 14 janvier derniers ? Tour d'horizon des sujets abordés lors de cette rencontre annuelle des acteurs de l'Internet.

La déclaration d'Autrans

Chaque année, les participants aux rencontres élaborent une déclaration sur un sujet qui leur semble d'actualité. La version initiale est en général proposée par Thierry Gaudin et les amendements capitalisés sur le site des rencontres. Cette année 2011, les Espaces publics numériques sont venus en nombre et ont décrit l'extension de leur activité hors les murs dans une large gamme d'innovations sociales.

D'autre part, les multiples initiatives des collectivités locales pour mettre à disposition les données publiques a fait l'objet de plusieurs communications. Dans la déclaration, il a paru opportun d'introduire en plus la notion d'information d'utilité publique, à préciser juridiquement, pour lesquelles la mise à disposition gratuitement est non seulement un droit d'accès du citoyen mais un devoir de service public.

Le Comité de réflexion et de programme

Lors de la dernière édition, nous avions annoncé notre volonté d'ouvrir l'association aux acteurs du numérique pour faire de ces rencontres une manifestation qui répond aux attentes de chacun, tant sur le modèle de la manifestation que sur les thématiques abordées …

L'implication de chacun est nécessaire pour réellement mettre en application ce qu'on prône régulièrement : mutualisation généreuse, co-élaboration, production collective, travail en équipe …

Une quinzaine d'acteurs ont répondu favorablement pour travailler ensemble dans cet esprit afin de construire les prochaines éditions des rencontres d'Autrans.

Après une première journée de réflexion et de construction (le 8 juillet à Paris) les collaborations et les échanges se font maintenant en ligne … en attendant de se rencontrer à la 15ème édition des Rencontres d'Autrans, ça se fête ….

Les participants à ce groupe de réflexion, bien sûr toujours ouvert, sont les suivants :

Arnaud.Fontaine, Bruno.Oudet, Bruno.Salgues, Cédric.Lambert, Céline.Colucci, Chantal.Carlioz, Claude.Virlogeux, Claudine.Chassagne, Eric.Ferrari. Eric.Grelet, Frédéric.Soussin, Gérald.Elbaze, Hugues.Aubin, Isabelle.Soriano, Jacques.Houdremont, Jérome.Lamache, Loic.Hay, Ludovic.Dublanchet, Marc.Tirel, Michel.Briand, Michel.Declunder, Nathalie.Caclard, Pascale.Luciani-Boyer, Philippe.Ourliac, Philippe.Vidal, Pierre.Lelong, Sébastien.Cote, Séverine.Grouillet, Thierry.Gaudin, Valérie.François, Jérome.Clauzure, Yannick.Landais, Yoann.Duriaux …

Un comité de programme a été mis en place avec

  • les coordinateurs des thématiques : Arnaud.Fontaine, Eric.Ferrari, Frédéric.Soussin, Jacques.Houdremont, Jérome.Lamache, Marc.Tirel, Michel.Briand, Pascale.Luciani-Boyer et Thierry.Gaudin
  • et les coordinateurs du programme : Bruno.Oudet, Cédric.Lambert, Céline.Colucci, Claudine.Chassagne, Isabelle.Soriano et Yannick.Landais

Les orientations du Comité de réflexion du 8 juillet 2010

AUTRANS 2010/2015 : pour les éditions 2010/2015 : les objectifs, les cibles, le positionnement et le fonctionnement, pour l'édition 2011 : la thématique principale, les sujets dérivés et une approche locale exemplaire ce qu'apporte les Rencontres d'Autrans : les apports, la valorisation, les acteurs et les thèmes

Voir le détail des conclusions : Les orientations du Comité de réflexion du 8 juillet 2010

Co-construction du programme des rencontres et des ateliers

A partir de l'ossature du programme d'Autrans 2011, ci après, Il faut maintenant identifier les conférenciers pertinents sur ces sujets et monter les ateliers, il parait nécessaire de se répartir le travail et nous proposons d'avoir un ou deux coordinateur/animateur du comité de pilotage par grand thème Propositions, mais ce ne sont que des propositions, à vous de réagir :

  • Mercredi matin : Histoire de "mobiquité" : Frédéric SOUSSIN + …
  • Thématique Innovations Sociales - conférence et trois ateliers : Michel BRIAND + …
  • Thématique Education 2.0 - conférence et trois ateliers : Pascale LUCIANI + Christine Vaufrey … – idées à prendre dans la journée du 18 novembre : de la craie à la souris
  • Monnaies complémentaires - conférence et trois ateliers : Marc TIREL – Thierry GAUDIN + … (OK)
  • Accès public – série d'ateliers : Jérome LAMACHE + Jacques HOUDREMONT (remplacé par Yoann DURIAUX)
  • Internet des objets : Arnaud FONTAINE
  • Application mobile territoriales : Eric Ferrari
  • ExplorTablet et ExplorSmartphone  : Frédéric SOUSSIN + …
  • Vendredi matin : Open Data dans les territoires : Hugues_Aubin Loic_HAY + …
  • Autres ateliers : tourisme, géolocalisation, cartes ouvertes, hôpital hors des murs : ??????

Les grands thèmes d'Autrans 2011

Les innovations sociales

Rencontres

Thanh Nghiem : le combat du libre et du durable

Thanh Nghiemest une personnalité hors du commun. L'ex-golden girl, dirigeante de grandes entreprises, partenaire chez McKinsey, a accumulé une expérience colossale. "J'ai appris ce que c'est de transformer un pays en profondeur", explique-t-elle. Pourtant, à 36 ans, elle change de vie, parce qu'elle "n'aimait pas ce qu'il fallait faire".

Elle crée alors l'institut Angenius, afin de "mettre au service des gens ce qu'elle avait appris dans sa vie d'avant". Les mots-clés sont désormais associatif et bénévole, "dans l'esprit du don, de la recherche appliquée". Elle apporte aux projets son expérience, ses contacts. "Je suis allée travailler auprès des gens qui en avaient besoin, pour l'intérêt général, pas pour l'actionnaire ni pour un bord politique". Ses actions s'appuient sur une critique sociale. "On est dans une société totalement aliénante. Du fait de leur mode de consommation, deux tiers des Américains sont en surpoids, un tiers sont obèses. Et les pays qui les rattrapent en matière de standard de vie font la même chose". Ou encore "20% d'entre nous causent 80% de l'empreinte écologique mondiale (...). On assiste aussi à la prolétarisation de nos esprits. On est prolétaire parce que l'on a beau avoir des bac +5, on se retrouve à faire des petits boulots". En plus de cela, "la télévision nous abreuve de choses plus lobotomisantes les unes que les autres".

Une de ses grandes réussites est l'incubation et la diffusion du modèle de l'éco-quartier de Londres, BedZED. Les préoccupations sont l'empreinte écologique, mais aussi de mettre en avant l'usage contributif, le mode de vie des gens. "Démontrer que l'on pouvait vivre de manière durable sans retourner à l'âge de pierre". Pour Thanh Nghiem, cette expérience a été "la première cellule souche dans laquelle il y avait un mode de vie qui fonctionnait, et montrait toutes ses faiblesses, sans langue de bois". Elle montre l'expérience à ceux qui veulent la voir. Et, sept ans plus tard, "BedZED a fait des petits partout".

Suite à des rencontres et des échanges, elle s'investit dans le libre. Elle "croise le libre et le durable", souhaitant que "tout ce qui soit du domaine de l'économie durable soit aussi en open source".

"On ne s'en sort pas en bossant avec les ONG dans l'économie, mais en bossant avec les gens du libre qui font de l'intelligence collective", assure-t-elle, convaincue de l'inutilité de "condamner les gens qui bouffent de la viande et roulent dans leur 4x4". Critique vis-à-vis de l'écologie, "des choses matérielles, sur le même modèle en moins pire", elle veut "mettre d'abord en valeur le capital humain", militant pour "passer du modèle passif où tu appuies sur le bouton de la télé et consommes à Auchan à un modèle d'entraide". En allant vers "l'économie de contribution. Tout le monde serait plus heureux s'il avait juste le minimum, et ensuite bâtissait son capital social et son capital cognitif". "Virer les excès et les superflus", et avoir en quelque sorte un minimum garanti par la société, c'est une nouvelle utopie. Et le chemin pour y arriver ? "Il s'appuie sur la motivation des individus, sur la contagion culturelle, sur la pollinisation des idées... Le changement ne peut pas venir uniquement d'en haut. Il faut 2% de fous, qui deviennent 15% de early adopters. L'Etat et les élus ne bougeront pas s'il y a 2%, mais ils bougeront s'il y en a 15%. Pour l'instant, on est entre les deux".

La résistance au changement du système et de ses gardiens ? "Il faut s'appuyer sur des territoires qui vont mettre en oeuvre des réponses juridiques et fiscales qui montreront que ça marche". Et, "par en dessus, proposer une vision de la société comme le fait Bernard Stiegler". Vision ambitieuse, qui doit déboucher très vite sur l'équivalent en "économie de contribution" du pacte écologique de Nicolas Hulot, et sur lequel Thanh travaille avec ses réseaux.

Thanh Nghien est également auteur de "des abeilles et des hommes"

L'insertion éducative à l'Américaine

Le Dr Arthur Langer, professeur à l'université de Columbia (New-York) travaille sur la sociologie et le développement humain. Voici dix ans, il s'est lancé dans un projet de recherche avec des personnes socialement exclues à New-York. Ces jeunes de milieux défavorisés sont en situation d'échec scolaire.

La solution d'Arthur Langer a été de créer une association à but non lucratif, "Workshop Opportunity Services" (WOS) afin "d'amener éducation et grandes sociétés à travailler ensemble".

Le principe est simple autant qu'inventif. L'association se rend dans des zones à fort taux d'exclusion scolaire, repère les lycéens qui luttent avec les problèmes d'argent, qui n'ont pas trop de soutien parental, et leur proposent des bourses pour suivre un programme qualifiant. L'argent provient d'entreprises, qui disent à l'association "nous avons besoin de talents, nous avons besoin de diversité, nous avons besoin de compétences dans tel ou tel domaine". Ces entreprises recherchent, pour la plupart, des compétences technologiques, mais pas toujours. L'association prépare un curriculum d'enseignement sur mesure pour l'étudiant. En incluant les techniques d'écriture, la communication... Nous avons également un système de ressources pour mesurer leur degré de préparation pour occuper un emploi.

Pendant 20 semaines, un trimestre plein, ces jeunes de 17 à 20 ans ont un travail, rémunéré, dans l'entreprise en question, tout en étant salariés de l'association. "On les paie plutôt bien", reconnaît-il. Ils travaillent trois jours par semaine, et étudient le reste du temps. "Nous leur apprenons aussi comment équilibrer travail et études", précise Arthur Langer.

Apès la première année, ils ont une augmentation et travaillent à plein temps, tout en prenant des cours du soir afin de compléter leur Bachelor's degree (diplôme de premier cycle universitaire).

"Ce système permet aussi aux entreprises de prendre leur temps, ils n'ont peut-être pas d'ouverture pour une embauche tout de suite", explique le Dr Langer. L'étudiant aussi peut prendre le temps de la réflexion. Mais entre-temps, ils ont appris, se sont intégrés au monde du travail, ont repris de l'assurance et ont pris conscience de leur valeur.

"L'association joue aussi un rôle de parent adoptif pour ces jeunes. Nous les habillons, nous leur donnons de l'argent pour les transports, nous les payons pour leur travail... Et en restaurant leur estime d'eux-mêmes". Un autre avantage du système : il permet aussi de concurrencer les délocalisations.

400 jeunes sont passées par ce programme, entre New-York, le New Jersey, Cleveland (Ohio), la Pennsylvanie... 140 travaillent aujourd'hui pours entreprises dans lesquelles ils ont officié durant leur période de formation. Une cinquantaine ont quitté ces entreprises pour travailler ailleurs. La plupart des autres sont encore dans le système de formation. Il y a bien sûr un taux d'échec, d'environ 10%. "Nous voulons nous internationaliser, créer une version française", confie Arthur Langer. "Il y a des possibilités intéressantes, le timing est bon".

La personne qui travaille sur le projet en France est Yves Léon, entrepreneur, qui a longtemps travaillé dans les systèmes d'information. "Nous en sommes à l'étude théorique", explique-t-il. Mais il a bon espoir d'adapter la réussite de WOS à la situation française. La logique de réseaux d'Autrans aidera peut-être à l'essaimage de cette bonne pratique...

Les applications de la Mobiquité

Internet des objets

CrowdSourcing

Education 2.0

Les "autres" monnaies: libres, complémentaires, sociales, affectées, locales, virtuelles, privatives ...

l'accès public à internet

Vers un système de santé en réseau

Les applications innovantes pour le tourisme

Les données ouvertes

Des exemples extraits d'un mail de MB

Le programme des 15ièmes Rencontres

Mercredi 12 janvier

  • Le matin
    • 10h-11h30: Une histoire de Mobiqüité: Frédéric Soussin
    • 11h30-12h00 : Ouverture institutionnelle élus, Région
    • 12h-12h30: "Wikileaks, Facebook: qu'en pense le philosophe?" par Thierry Ménissier


  • L'après midi
    • 14h30-16h Ouverture scientifique
      4 thématiques principales seront abordées dans les ateliers ainsi que d'autres thématiques
      Pour chacune des 4 thématiques principales, présentation de l'état de l'art par un intervenant et de l'atelier par le responsable
      • Education 2.0
        • Intervenant : JP Archambault, chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris
        • Responsable atelier : Pascale Luciani-Boyer, présidente de la commission éducation/TIC association des maires d'Ile de France
      • Innovations sociales
      • Monnaies complémentaires
        • Intervenant : Jean-François Noubel
        • Responsables: Marc Tirel et Thierry Gaudin
      • Accès public
        • Intervenantes: Stéphanie Lucien-Brun, Marie-Helène Féron
        • Responsables : Jacques Houdremont , Jérôme Lamache et Yoann Duriaux
      • Présentation d'une méthode de capitalisation du savoir des ateliers, Thanh Nghiem (10 mn)
    • 17h-18h30: Ateliers
      • Innovations sociales :
        nous proposons ici une séquence de 3 ateliers contribution au lancement de la plate forme d'initiatives citoyennes avec une animation collaborative (of course) : Michel Briand, Jean-Michel Cornu, Laurent Marseault, Simon Sarazin, Sylvain Bouchard, Thanh ...
        (1) : wiki-magination d'initiatives citoyennes une collecte collaborative pour identifier, raconter, donner à voir
      • Education 2.0 : Retour sur 10 ans d'utilisation des TIC en éducation
        • Christine Vauffrey, rédactrice en chef de "Thot Cursus"
      • Monnaies complémentaires: Pourquoi les autres monnaies?
      • Accès public : une culture numérique pour tous, autour des dispositifs de certification des compétences
        • Association Créatif; Marie Hélène Féron, Anne Claire Dubreuil, Véronique Moche
    • 18h30-19h30 : ExplorTablet  français, Frédéric Soussin


20h : Soirée festive sur place

Jeudi 13 janvier

  • 9h30-11h : Ateliers
    • Innovations sociales
      (2) Réseau social d'initiative : s'entraider, proposer des savoir faire, mutualiser.
    • Education 2.0
      Apprendre autrement. Animatrice : Pascale Luciani-Boyer
      • ParluCorsu, un jeux sérieux sur la mobilité : Eric Ferrari, chargé de mission TIC Conseil Régional Corse
      • Pensum : un outil intelligent pour assister la compréhension d'un cours à distance "Plus d'infos"
        • Damien Dupré, Ingénieur d'étude, Laboratoire Interuniversitaire de Psychologie, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2
        • Dr Hussein T. A. Salem, Maitre de conférence en didactique de FLE, Faculté de Pédagogie, Université de Sohag, Egypte
      • La 3D dans l'enseignement 2.0 "Plus d'infos"
    • Monnaies complémentaires
      Complexe monétaire et innovation monétaire
    • Accès public
      conférence participative pour débattre de "l'accès public en question(s)" animé par Yoann Duriaux et Stéphanie Lucien Brun
    • "Tourisme : un siècle d'évolution....Internet : la révolution du siècle"
      • Un siècle d’évolution et de révolution du tourisme : de l’âge des premiers bains de mer aux nouvelles tendances du 21ème siècle par Francis Fiesinger CCI Grenoble
      • Les nouveaux usages d’internet par Juan Naveira,Webmarketteur
      • Application: visite du littoral Corse par Eric Ferrari
      • Utilisation des Flash-codes par Olivier Boursier, Office de Tourisme de Villard de Lans
    • E-santé : Bruno Salgues, Norbert Paquel
      Le rapport de la société à la santé évolue : demande et prise de responsabilités - "empowerment" - par les citoyens (patients, aidants et associations, collectivités) et par les professionnels dans les établissements ou en ville. De nouveaux acteurs apparaissent qui, à l'opposé des structures rigides, trop centralisées et non communicantes qui dominent encore, exploitent les outils de communication et singulièrement le Web 2.0.
      • « L’Internet et la Santé à domicile – les tuyaux, les contenus , les services mis à la disposition de la population et des professionnels sur un territoire » par le Dr Paul Pilichowski et l'équipe Réseau Vercors Santé-RVS
  • 11h30-13h : Conférences
    • L'internet des objets - Marie-Noëline Viguié "European Council of the Internet of Things" et présentation du projet Sensei
      Systèmes multi-agents, étiquettes RFID, IPV6, QR-Code, M2M ... autant de termes de de concepts qui ont préfigurés cette extension d'Internet aux objets usuels et aux capteurs qu'on appelle aujourd'hui Internet of Things (ou Internet des Objets, quoique le terme "objet" soit réducteur)
      Villes intelligentes, transports intelligents, production d'énergie optimisée et adaptative, maisons intelligentes, fringues intelligentes, autant de possibilités qui, selon notre conscience collective, transformeront notre monde en cauchemar à la Orwell ou en mieux vivre tel que nous le présente aujourd'hui IBM dans ses spots publicitaires pour une planète "plus intelligente".
    • Introduction au concept de crowdsourcing
      • Valérie Chanal, professeur à l’IEP Grenoble
    • Les Applications mobiles territoriales - Hugues Aubin


  • 14h30-16h: Ateliers
    • Innovations sociales
      (3) comment au delà d'un projet innovant passer à l'échelle ? l'innovation sociale ressource pour les territoires en transition
    • Education 2.0
      le Web 2, accélérateur de la décentralisation. Animateurs: Pascale Luciani-Boyer, Jean-Pierre Archambault
      • Introduction-découverte des réseaux sociaux - Christophe Batier
      • SésaMath - Sébastien Hache
      • E jumelages libres avec l'Afrique de l'école à l'université
    • Monnaies complémentaires
      Découverte des différentes plates formes Web
    • Accès public
      "EpnCamp"
    • Crowdsourcing - Fabrice Forest, Ingénieur d’Etudes, UPMF - Innovacs
      • Présentation de la plateforme de crowdsourcing www.planetinnov.com par Catherine Jean, directrice
      • Présentation du crowdsourcing dans le laboratoire CEA-LITUS par Timothée Jobert, chercheur
    • Applications mobiles territoriales - Eric Ferrari, en charge du développement numérique du territoire Collectivité Territoriale de Corse.
      L’atelier abordera les questions qui se posent aux collectivités lorsqu’il s’agit d’intégrer des services numériques mobiles pour répondre aux besoins citoyens: adaptation des collectivités, impacts, tendances, nouveaux modes de gouvernance
      • Application mobile de covoiturage du CG38 et perspectives par Max LAMBERT, Chef de service nouvelle mobilité,Direction des Transport, Conseil Général de l’Isère.
      • Problématique de gestion de données de mobilité par Paule-Annick Davoine, Maître de Conférence en géographie, Laboratoire LSR - IMAG de l'UJF


  • 16h30-17h30 Partenariat territorial entre Brest métropole et le Conseil de développement de la Métro. Présentation d'applications de Brest et Grenoble


  • 17h30-18h30 2ème explorsmartphone  français


19h30/20h 'Cocktail d'échange : Lancement par ARTESI de l'UPON (Université Permanente et Ouverte du Numérique)

Vendredi 14 janvier

  • 9h30-11h00: Conférence
    • Opendata dans les territoires - Responsables : Hugues Aubin et Xavier Crouan
  • 11h00-11h30 : La neutralité du Net en question
  • 11h30-12h: Bilan de la journée d'échanges par Thanh Nghiem synthèse et pistes
  • 12h: Fin des Rencontres

Remarques et commentaires sur cette réflexion

MERCI A CHACUN DE DONNER SON AVIS ET PROPOSITION

Thierry GAUDIN

Yannick ta question m'inspire trois idées

  • 1- le processus d'éclatement de l'Internet mondial est commencé ; Vilnius en a été témoin. Ce qui veut dire la multiplicité non seulement des langues, mais des alphabets... En outre, l'actuelle hégémonie américaine sur le net va être sérieusement remise en cause
  • 2- évidemment, les pays vont devoir s'adapter le plus rapidement et le mieux possible à cette nouvelle donne, notamment pour le tourisme mentionné dans le CR du 8/7, mais aussi pour les affaires et la culture. Donc la dimension internationale me semble s'imposer pour les prochains Autrans
  • 3- la question des monnaies complémentaires n'est pas close, au contraire. L'implication des réseaux sociaux a commencé. Ne serait-il pas nécessaire de continuer une veille sur le sujet...


Michel BRIAND

D'accord pour cet éclairage international, je pense qu'il pourrait s'appliquer à 3 sessions que l'on abordé au Forum des usages :

  • - Education 2. 0 nous avons réussi à faire se rencontrer au Forum des acteurs des principaux réseaux collaboratifs dans l'éducation (voir par exemple la douzaine d'inteviews réalisées). Or l'éducation ouverte avance vite à l'étranger (CDIO en formation d'ingénieur, OCW, réseaux sociaux dans les universités .. ..)et ce mixte rencontre des acteurs d'ici et d'ailleurs me semblerait un plus NB : on a relancé cette semaine la liste qui a servi à la préparation de la session et évoque l'idée d'une suite à Autrans, les participants ont particulièrement apprécié à Brest outre la convivialité la rencontre avec d'autres réseaux sur les mêmes problématiques de coopérations et de mutualisation
  • - Open data  : le sujet revient dans beaucoup de conférences et cet automne de nouvelles collectivités vont rejoindre ce mouvement (Paris région bretagne, ..) et là aussi une rencontre avec les anglais et quelques autres nous feraient avancer et donne plus de poids à une interpellation des institutionnels. Même dans un secteur comme les musées des accords de coopération sont signés avec Wikipedia 5Toulouse) témoignant que les lignes bougent et que l'on passe de l'étape des pionniers à la diffusion.
  • - Et comme je tiens toujours à asseoir les idées sur du local je vois qu'il y a un an après le démarrage une dizaine de projets de communes sur les cartes ouvertes au pays de Brest ce qui va encore s'accélérer avec l'apport de la géolocalisation. C'est aussi le cas de l'innovation ouverte  : diffusion des cantines : Paris, Rennes, Nantes, Brest etc .. colloques, prise en compte en formation supérieure, début de débat l'an passé sur innovation sociale ... où l'éclairage enaglo-saxon est riche pour nous.

Et bien sur des monnaies ou les exemples sont nombreux à l'étranger y compris près d'autrans

PS ne pourrait-on pas imaginer distribuer le catalogue wir aux participants

Voila déjà 4 sujets où la suite du Forum peux contribuer

Jean-François Gaffard

  • innovation sociale ou décervelage

il me parait étrange qu'on ne parle pas d'une réalité très factuelle, à savoir la domination des multinationales sur les outils et les réseaux.

    • poste de travail Microsoft (résultat net après impôt 29% en 2009)
    • web Google (résultat net après impôt 28% en 2009)
    • logiciel pour entreprise Oracle (résultat net après impôt 24% en 2009, rémunération du PDG sur 10 ans 1,8 milliard $, environ 10 millions d'€ par mois)
    • infrastructure réseau Cisco
    • réseau sociaux Facebook
    • hardware Intel

etc avec quasi systématiquement une localisation de leurs structures financières dans des paradis fiscaux, une optimisation de leur fonctionnement pour éviter de payer l'impôt et une tendance à s'ériger en monopoles par tous les moyens sans parler de la faible durabilité des matériels et d'une obsolescence accélérée voulue.

Tout cela me semble aller dans le sens d'une innovation sociale bien comprise qui renforce les rentes de quelques uns et fait peser un coût exagéré sur les autres secteurs de l'économie.

On pourrait même se demander si le web 2.0 avec les contenus produits par les usagers ne contribue pas à détruire les services publics (pourquoi l'état se fatiguerait à payer des gens pour produire des ressources si les wikimediens le font ?)

La question est bien : est-ce que l'innovation sociale permise par le réseau est-elle suffisante pour contrebalancer les effets pervers d'une telle emprise, domination sur les cerveaux ?

  • Il y a bien un cadre juridique apparement solide mais on a lu dans quelques articles ce que pensait l'avocat de Gallimard de la licence CC-By-SA.
  • il y a bien quelques projets qui ont du poids comme Linux, Wikipedia ou Openstreetmap mais on voit bien aussi ce qui se passe autour d'Openoffice et de java quand Oracle rachète.
  • et je me pose beaucoup de questions autour des monnaies complémentaires. Une innovation sociale majeure serait une monnaie complémentaire qui apprennent aux riches à partager un peu. (on me souffle dans l'oreillette que ça existe déjà et que ça s'appelle l'impôt)

Thèmes pouvant être abordés dans le cadre de conférences ou d'ateliers

Ces sujets ont été évoqués dans les différents échanges en vue de préparer cette édition 2010. Mais la discussion est ouverte et d'autres sujets peuvent être traités

MERCI A CHACUN DE PROPOSER DES SUJETS ET CONFERENCIERS OU DE FAIRE DE NOUVELLES PROPOSIONS

Proposition de conférences

  • La Fondation Young a publié un livre très intéressant sur les innovations sociales illustré par plus de 500 exemples. Il me semble qu'un des auteurs pourraient nous faire une conférence à distance depuis Londres. On pourrait peut-être demander aussi à la FING de contribuer sur le même sujet puisqu'ils ont effectué deux voyages d'études sur ce sujet grâce à une financement de la 27e région, celle-ci pouvant d'ailleurs être partenaire pour cette conférence Oudet 2 octobre 2010 à 19:25 (CEST)
    • Oui d'autant plus que, en complément de la Fing, je participe à la naissance de "Imagination for People" qui ouvrira le 1er janvier et qui est une association internationale qui recense les innovation sociales dans le monde (un Wiki avec Florence Devouard, ex présidente de Wikimédia Foundation) et aide les innovateurs sociaux (avec un réseau social qui reprend le réseau correspondants.org dans 40 pays initié par la Fing) --JeanMichelCornu
  • L'open University] pourrait nous présenter aussi sa vision de l'enseignement à distance.

Proposition de sujets d'atelier :

  • Bilan d'initiatives de l'Internet qui ont marqué ces dernières années

La quinzième édition des rencontres d'Autrans peut être l'occasion de faire un bilan d'initiatives prises durant ces années. Vient à l'esprit toute la dynamique créée autour de Brest, Ville Internet, la FING, Peuplades, Créatif, le réseau des EPM, wikipedia France, Sesamath etc etc ...

Différentes contributions

Démonstration de logiciels

  • Démonstration d'un logiciel en "open source" pour développer des réseaux sociaux. Ce logiciel pourrait assurer la continuité avec les rencontres d'été en Bretagne.
  • Démonstration de Saooti une solution clé en main pour que vous puissiez lancer un webradio pour chaque atelier

Propositions d'autres sujets à débattre

QUID DE L'IMPACT DU GRAND EMPRUNT ?

CDC Numérique souhaite utiliser au mieux l'argent destiné à amener la grande vitesse sur tous les points du territoire. CDC est parfaitement conscient que les tuyaux doivent avoir du contenu et des applications intéressantes.

Autrans, qui réunit les utilisateurs chevronnés impliqués dans les territoires ne devrait-il pas apporter une contribution formelle à ce bel investissement ?

Proposition d'Atelier ou Table ronde :

" Quand Eros mobiquite !"

Pour poursuivre l'atelier tenu, il y a deux ans "Eros et Internet", je propose cette année un atelier, voir une table ronde. En effet, le thème choisi cette année engage particulièrement les nouveaux comportements des Internautes induits par l'arrivée des outils de mobilité en leur permettant de voyager facilement entre territoires réels et territoires virtuels et en facilitant les relations entre ces divers espaces. A suivre...