Propositions THD

De Intercoop.

Amis référents et organisateurs, pensez à associer cet atelier avec le "Tiers Lieu Éphémère" :

______________________

avant propos

animatrice de la thématique

  • Sophie Houzet, Directrice du Pôle Numérique Drôme-Ardèche

Propositions d'ateliers

Sophie HOUZET - Pôle Numérique Le THD débit dont on parle de plus en plus, fait en premier lieu référence à des débits très élevés, et l'on pense tout de suite qu'ils vont servir à acheminer des services très gourmands en débit comme les jeux vidéo 3D. Si l'on aborde le THD uniquement en termes de débits, on peux alors se poser la question de l'utilité de déployer des réseaux THD partout au regard de nos usages qui reste modestes, et du peu de besoins identifiés à ce jour (télé-médecine, ...). En fait, le THD, offre aussi et surtout une manière très différente de développer et d'utiliser des services conçus "à la carte".

Dans cet atelier, plutôt que présenter seulement quelques usages très gourmands, il est proposer de parler de notre manière d'utiliser les réseaux THD demain.

A partir de retours d'expériences au niveau européen (présentés par Sébastien Guardiola, de la société Kapt), d'exemples de services développés par Cap Digital en France, nous pourrons aussi échanger sur les impacts de ces nouveaux réseaux THD dans notre vie, demain.

Les collectivités se sont d'ores et déjà engagées dans le déploiement de réseaux THD pour éviter une nouvelle fracture numérique. Qu'apporterons-t-ils au citoyen de demain ? Seront-ils l'occasion de penser des politiques publiques plus globales, de repenser la place du citoyen au coeur des réseaux, chaque maillon devenant potentiellement contributeur ?

L'arrivée des réseaux THD est l'occasion de repenser l'écosystème existant autour des réseaux de télécommunications et de la place de l'individu. Chaque jour, par la veille, on apprend que les modèles économiques, les droits, la propriété intellectuelle, l'identité individuelle, sont bousculés par les évolutions des usages numériques. On avance en marchand...

Lire ces évolutions en miroir avec le déploiement du Très Haut Débit peut permettre d'arriver à la fin de l'atelier à un scénario d'organisation pour favoriser le développement des services et des usages demain...


  • Norbert Friant - Rennes Métropole- par visio-conférence

" à voir également avec Thomas Renault (Région Bretagne) qui anime le projet Bretagne très haut débit (ou B-THD), ou encore Michel Briand qui porte la commission "usages du THD" au sein de ce projet. Mais, aujourd'hui, il faut avouer que les usages "grand public" du THD (donc environ 100Mbps) restent assez ciblés: images 3D. Déjà, avec les réseaux actuels, dans de bonnes conditions, ils peuvent délivrer 20Mbps et on n'est pas vraiment limité en matière d'usages. Des perspectives avec : les objets communicants, les services en réseau (en nuage, cloud), services médicaux/sociaux à domicile (accompagner le vieillissement à domicile), .... (et tout ce qui reste à inventer...de manière ouverte avec les usagers) Une erreur serait donc de trop concentrer les financements vers l'infra (et c'est le cas actuellement), il va falloir également développer les usages (recherches, appropriation, lutte contre l'exclusion numérique, contenus, ...)"

  • Michel Briand - Brest Métropole

"Aujourd'hui le principe d'une prise en compte de la problématique usage a été validée au sein du pilotage de la conférence numérique de Bretagne C'est un premier pas Pour moi l'étape actuelle est méthodologique : comment on s'organise pour prendre en compte cette question Bien sur des éclairages provenant de pays ou le THD (10-100 MB et au dela) est déployé seront les bienvenus Un atelier sur comment on s'organise pour la veille, accompagner, favoriser une innovation de services et d'usages m'intéresse"